Vos questions les plus fréquentes...

Nous savons tous combien il est difficile d'obtenir les bonnes informations sur les peintures, le matériel et le papier… J'ai la chance d'être en contact avec la plupart des fabricants ce qui me permet d'obtenir des informations plus précises. Dans cette chronique, je vais partager une partie de ce que j’ai appris avec vous.

“Puis-je faire mes propres couleurs aquarelle ?“
Une aquarelle est composée des ingrédients suivants: des pigments, un liant (généralement de la gomme arabique), un agent plastifiant (qui peut être du miel ou du sucre) et de l'eau (dans des proportions variables, selon que votre aquarelle se présente en tube ou en godet). Comme tous ces éléments sont faciles à trouver, pourquoi ne pas essayer de créer vos propres couleurs? Commencez par ajouter de la gomme arabique à vos pigments, dans des proportions égales, assurez-vous que vos pigments sont broyés en une poudre fine. Ajoutez à ce mélange la même quantité de miel (ou d'eau sucrée dans la proportion suivante: une partie d'eau, une moitié de sucre). Mélangez le tout jusqu'à obtenir une pâte lisse et homogène, puis laissez sécher dans une casserole pendant plusieurs heures.
“Comment un même pigment peut-il donner des teintes si différentes ?“ 
 
La réponse est très simple. Nos couleurs d’aquarelle sont toutes fabriquées à partir de pigments, mais ce ne sont pas uniquement les pigments qui déterminent le caractère des couleurs finies. Les pigments sont broyés et mélangés avec d’autres ingrédients pour créer nos couleurs aquarelle et ces ingrédients ajoutés et/ou des techniques différentes de
préparation jouent également sur le caractère de la couleur finie. Donc, en résumé, un seul pigment peut donner des couleurs très différentes, comme vous avez pu le constater avec le PR101 (Pigment Red 101). Les autres marques fonctionnent de la même manière. Ainsi, le pigment bleu phtalo PB15 provenant du même fournisseur ne donne pas exactement la même qualité de couleur chez deux fabricants différents.
“Quelle est la différence entre "glacis et "lavis"?“

 

Les termes glacis et lavis sont des termes souvent utilisés en peinture et qui sont en effet très proches. Un glacis (glaze en anglais) est un terme utilisé plutôt en peinture à l’huile. Il décrit une technique de mélange de couleurs par superposition d’une couche de couleur très diluée (normalement en ajoutant plus d’huile pour éviter les craquements de la surface) sur d’autres couleurs qui sont déjà sèches. Ceci est fait dans le but de modifier la couleur, valeur et/ou saturation existante. La lumière passe à travers la/les couche(s) transparente(s) et crée un effet lumineux. Des dizaines de glacis peuvent être superposés pour augmenter l’effet sur des zones choisies ou sur la totalité de la surface. Par effet de transparence, on voit le mélange des couches
de couleurs avec une belle légèreté et de la luminosité en plus. Pour des raisons techniques, ceci ne peut pas être fait en aquarelle car le passage d’une couche de couleur supplémentaire modifie toujours la surface de la peinture, même sèche, car la surface d’une aquarelle n’est jamais stabilisée comme une peinture à l’huile. C’est une des raisons pour lesquelles les vernis ne sont pas appropriés, et sont même inefficaces en aquarelle. Un lavis (wash en anglais) est une couche de couleur transparente chargée en eau avec peu de pigment et dont l’application est uniforme ou travaillée en dégradé et qui couvre une assez large surface de la peinture, voire toute la surface. Tout comme le glacis, le lavis est posé de façon très liquide de manière à éviter les traces de pinceau. Un lavis peut être posé sur le papier vierge comme sur la peinture déjà travaillée. Mais pour ne pas perdre les contours des formes de la peinture, qui réagit aux passages successifs, les lavis sont souvent utilisés pour des grands aplats
figurant par exemple l’eau ou le ciel, ou à la limite en une seule et dernière couche sur une peinture afin de lui donner de l’éclat ou alors pour la rendre moins nette. Trop de passages risquent d’abîmer la peinture.
Glacis et lavis ont des buts très similaires, mais différents dans leur application. Les glacis sont plus efficaces avec de nombreuses couches et souvent utilisés pour rehausser une petite surface qui a besoin de plus d’éclat, alors qu’un lavis s’applique en un seul passage, voire deux maximum, en évitant les endroits travaillés de la peinture pour ne pas les abîmer.

Comment savoir si j'ai une faiblesse dans l'utilisation des valeurs tonales ?

La meilleure façon de savoir si vous avez une faiblesse en utilisant les valeurs tonales est de regarder un certain nombre de vos peintures et de vous poser les questions suivantes :

◆ La lumière et l'ombre des peintures sont-elles convaincantes?

◆ La sensation de profondeur et de volume est-elle convaincante ou les formes et la distance semblent-elles plates?

◆ Les sujets des peintures semblent-ils réels? Est-ce qu'ils créent une sorte d'atmosphère ou d'émotion?

  • Youtube
  • Facebook Social Icône

© 2020 par  Janine Gallizia - feel free to contact me : janinegallizia@gmail.com - All rights reserved - Tous droits réservés